Je tenais à te dire cela... - École de jeux vidéo en ligne Gamecodeur

Bonjour, c’est David,

Je tiens à te dire quelque chose.

Mais d’abord lis ma petite histoire, elle va peut être t’aider à traverser les épreuves qui t’attendent.

La voilà :

Hier je me suis fait traité d’amateur sur ma page Facebook (pour une sombre histoire de vocabulaire).

Pourtant, j’ai un CV en béton armé, plus de 25 productions à mon actif, et une expérience cumulée de plus de 30 ans en programmation qui devrait me mettre à l’abris de ce genre de quolibets.

On m’a en prime critiqué pour avoir “dénigré” Unity et Gamemaker (ce que je n’ai pas fait, mais sur Internet les interprétations superficielles c’est la vie).

Ce n’est pas ma première critique. J’en essuie de temps en temps depuis que j’ai créé Gamecodeur et que je me suis lancé le défi d’enseigner la véritable programmation de jeux vidéo à “n’importe qui”. Ca ne plait pas à tout le monde.

Alors qu’en sera t’il de toi ?

Toi qui est “n’importe qui” ?

Toi qui va débuter, ou qui a déjà débuté, et qui ne sait pour l’instant que créer de modestes jeux vidéo, qui n’a pas tout le “vocabulaire” des pseudos experts et qui n’a pas encore commencé à te mesurer au saint C++.

Toi qui n’a peut être pas de diplômes.

Toi qui n’a comme moteur pour créer et apprendre que ta passion et ta rage de réussir malgré tes complexes.

Toi aussi tu vas peut être te faire traiter d’amateur.

Tu vas te faire traiter d’amateur quand tu vas ouvrir ta petite gueule de débutant sur un forum, ou montrer tes humbles productions au public (ou pire : à des programmeurs).

Ca va peut être te freiner, te blesser.

Et même peut être cela t’empèche t’il déjà “de t’y mettre”.

Car tu te sens “petit” ?

Car tu te sens déjà “amateur” et tu penses que pour ça tu ne mérite pas de souhaiter de réussir dans le jeu vidéo ?

Tu sais, même moi ça ne me fait pas plaisir. Parfois ça me blesse un peu.

Pourquoi ? Car je garde toujours ce complexe de ne venir de nulle part. Pas de diplomes, pas de grandes écoles.

Mais je sais qui je suis, alors j’oublie vite.

Et je sais aussi qui ils sont.

Et je veux que tu sâches qui ils sont.

Je veux que tu sâches de qui viendra ces critiques pour mieux les oublier.

Je veux que tu sâches que ce genre de critique ne vient que… d’autres amateurs !

Des amateurs à leur façon.

Je ne parle pas de leurs compétences (ils ont sûrement de beaux diplômes, et savent même peut être utiliser des smart pointers en C++).

(Dans un domaine technique comme la programmation, on a tendance à juger uniquement sur les compétences. C’est stupide.)

Je parle de leur amateurisme de la vie.

Car si vous regardez qui ils sont, la plupart n’ont jamais sorti un vrai jeu dans le commerce ou joué un rôle important dans l’industrie.

J’ai cotoyé, et je cotoye encore beaucoup de grands noms de la programmation et/ou du jeu vidéo.

Certains sont notablement connus (Eric Chahi, Frédéric Raynal, François Lionet, Fabien Delpiano, Dino Dini, Michel Ancel, Philippe Ulrich…)

D’autres sont d’illustres inconnus pour beaucoup mais ont créé et gagné plus que beaucoup dans l’industrie indépendante (je pense à de nombreux programmeurs de casual games, comme Emmanuel Marty, créateur de Azada et programmeur de génie, qui a été un déclencheur et un grand soutien pour moi en 2008 quand je me suis lancé dans le jeu vidéo).

J’ai également cotoyé, en dehors de l’industrie du jeu vidéo, des programmeurs d’exception. Capables de tout créer à partir de quelques obscures lignes de code.

Ils m’ont tous beaucoup appris. Techniquement et humainement.

Je les respecte immensemment.

Aucun d’eux ne m’a traité d’amateur, même à mes débuts.

Et je n’ai entendu aucun d’eux traiter quelqu’un d’amateur.

Ils sont humbles, et admirent toute initiative créatrice.

Ils ne jugent pas le vocabulaire que tu emploies.

Ils ne regardent pas avec quoi tu crées des jeux vidéo.

Ils savent que tout ça ce ne sont que des outils. Que la vraie force créatrice vient du coeur.

Ils savent que l’on n’admire pas quelqu’un pour ce qu’il sait, mais pour ce qu’il fait.

Ils savent à quel point c’est difficile de commencer, gérer, terminer et commercialiser un projet de jeu vidéo. Quelque soit son envergure. Qu’il soit en 2D ou en 3D. Qu’il soit codé en C ou avec Multimedia Fusion…

Ils savent que si quelqu’un, tout amateur soit-il, a l’ambition et l’humilité de commencer sérieusement à se former et à créer, il mérite le respect.

Ils savent que si quelqu’un a la passion de transmettre son savoir au plus grand nombre, sans distinction de niveau et avec honnêteté, il mérite le respect.

Alors à toi, amateur, qui me lis en ce moment…

Toi à qui je partage mes sentiments.

A qui je partage mon savoir…

Je te dis bravo.

Je t’admire et te respecte pour ce que tu essayes d’accomplir.

Je t’admire pour ce que tu es, quel que soit ton niveau :

Un programmeur de jeux vidéo.

Si tu veux que te forme à la programmation, lis ce qui suit.

Regarde ce témoignage de Sylvain, reçu avant-hier :
“Merci, parce que tu as réussi là où tous les autres ont échoué pour moi. Tu m’as véritablement décomplexé et libéré vis à vis de la programmation, je me sens à l’aise et j’ai appris à apprendre dans ce domaine en plus d’intégrer de nombreux concepts fondamentaux. J’ai adoré tout ce temps passé à suivre la formation !”

Ou celui de Benjamin :
“Maintenant que j’arrive a mon premier mois de formation premium je me rend compte de la vitesse a la quelle il est possible d’apprendre avec ta méthode ! Je n’aurai jamais pu atteindre le meme niveau après seulement un mois dans une école ! Merci beaucoup pour ça !”

Pour les fêtes, offre-toi (ou fais toi offrir) la formation Gamecodeur. Elle est exceptionnellement en promo pendant quelques jours.

Son prix est divisé par 2 jusqu’à noël.

Voici l’offre :

Bonjour, c’est David,

Je tiens à te dire quelque chose.

Mais d’abord lis ma petite histoire, elle va peut être t’aider à traverser les épreuves qui t’attendent.

La voilà :

Hier je me suis fait traité d’amateur sur ma page Facebook (pour une sombre histoire de vocabulaire).

Pourtant, j’ai un CV en béton armé, plus de 25 productions à mon actif, et une expérience cumulée de plus de 30 ans en programmation qui devrait me mettre à l’abris de ce genre de quolibets.

On m’a en prime critiqué pour avoir “dénigré” Unity et Gamemaker (ce que je n’ai pas fait, mais sur Internet les interprétations superficielles c’est la vie).

Ce n’est pas ma première critique. J’en essuie de temps en temps depuis que j’ai créé Gamecodeur et que je me suis lancé le défi d’enseigner la véritable programmation de jeux vidéo à “n’importe qui”. Ca ne plait pas à tout le monde.

Alors qu’en sera t’il de toi ?

Toi qui est “n’importe qui” ?

Toi qui va débuter, ou qui a déjà débuté, et qui ne sait pour l’instant que créer de modestes jeux vidéo, qui n’a pas tout le “vocabulaire” des pseudos experts et qui n’a pas encore commencé à te mesurer au saint C++.

Toi qui n’a peut être pas de diplômes.

Toi qui n’a comme moteur pour créer et apprendre que ta passion et ta rage de réussir malgré tes complexes.

Toi aussi tu vas peut être te faire traiter d’amateur.

Tu vas te faire traiter d’amateur quand tu vas ouvrir ta petite gueule de débutant sur un forum, ou montrer tes humbles productions au public (ou pire : à des programmeurs).

Ca va peut être te freiner, te blesser.

Et même peut être cela t’empèche t’il déjà “de t’y mettre”.

Car tu te sens “petit” ?

Car tu te sens déjà “amateur” et tu penses que pour ça tu ne mérite pas de souhaiter de réussir dans le jeu vidéo ?

Tu sais, même moi ça ne me fait pas plaisir. Parfois ça me blesse un peu.

Pourquoi ? Car je garde toujours ce complexe de ne venir de nulle part. Pas de diplomes, pas de grandes écoles.

Mais je sais qui je suis, alors j’oublie vite.

Et je sais aussi qui ils sont.

Et je veux que tu sâches qui ils sont.

Je veux que tu sâches de qui viendra ces critiques pour mieux les oublier.

Je veux que tu sâches que ce genre de critique ne vient que… d’autres amateurs !

Des amateurs à leur façon.

Je ne parle pas de leurs compétences (ils ont sûrement de beaux diplômes, et savent même peut être utiliser des smart pointers en C++).

(Dans un domaine technique comme la programmation, on a tendance à juger uniquement sur les compétences. C’est stupide.)

Je parle de leur amateurisme de la vie.

Car si vous regardez qui ils sont, la plupart n’ont jamais sorti un vrai jeu dans le commerce ou joué un rôle important dans l’industrie.

J’ai cotoyé, et je cotoye encore beaucoup de grands noms de la programmation et/ou du jeu vidéo.

Certains sont notablement connus (Eric Chahi, Frédéric Raynal, François Lionet, Fabien Delpiano, Dino Dini, Michel Ancel, Philippe Ulrich…)

D’autres sont d’illustres inconnus pour beaucoup mais ont créé et gagné plus que beaucoup dans l’industrie indépendante (je pense à de nombreux programmeurs de casual games, comme Emmanuel Marty, créateur de Azada et programmeur de génie, qui a été un déclencheur et un grand soutien pour moi en 2008 quand je me suis lancé dans le jeu vidéo).

J’ai également cotoyé, en dehors de l’industrie du jeu vidéo, des programmeurs d’exception. Capables de tout créer à partir de quelques obscures lignes de code.

Ils m’ont tous beaucoup appris. Techniquement et humainement.

Je les respecte immensemment.

Aucun d’eux ne m’a traité d’amateur, même à mes débuts.

Et je n’ai entendu aucun d’eux traiter quelqu’un d’amateur.

Ils sont humbles, et admirent toute initiative créatrice.

Ils ne jugent pas le vocabulaire que tu emploies.

Ils ne regardent pas avec quoi tu crées des jeux vidéo.

Ils savent que tout ça ce ne sont que des outils. Que la vraie force créatrice vient du coeur.

Ils savent que l’on n’admire pas quelqu’un pour ce qu’il sait, mais pour ce qu’il fait.

Ils savent à quel point c’est difficile de commencer, gérer, terminer et commercialiser un projet de jeu vidéo. Quelque soit son envergure. Qu’il soit en 2D ou en 3D. Qu’il soit codé en C ou avec Multimedia Fusion…

Ils savent que si quelqu’un, tout amateur soit-il, a l’ambition et l’humilité de commencer sérieusement à se former et à créer, il mérite le respect.

Ils savent que si quelqu’un a la passion de transmettre son savoir au plus grand nombre, sans distinction de niveau et avec honnêteté, il mérite le respect.

Alors à toi, amateur, qui me lis en ce moment…

Toi à qui je partage mes sentiments.

A qui je partage mon savoir…

Je te dis bravo.

Je t’admire et te respecte pour ce que tu essayes d’accomplir.

Je t’admire pour ce que tu es, quel que soit ton niveau :

Un programmeur de jeux vidéo.

Si tu veux que te forme à la programmation, lis ce qui suit.

Regarde ce témoignage de Sylvain, reçu avant-hier :
“Merci, parce que tu as réussi là où tous les autres ont échoué pour moi. Tu m’as véritablement décomplexé et libéré vis à vis de la programmation, je me sens à l’aise et j’ai appris à apprendre dans ce domaine en plus d’intégrer de nombreux concepts fondamentaux. J’ai adoré tout ce temps passé à suivre la formation !”

Ou celui de Benjamin :
“Maintenant que j’arrive a mon premier mois de formation premium je me rend compte de la vitesse a la quelle il est possible d’apprendre avec ta méthode ! Je n’aurai jamais pu atteindre le meme niveau après seulement un mois dans une école ! Merci beaucoup pour ça !”

Pour les fêtes, offre-toi (ou fais toi offrir) la formation Gamecodeur. Elle est exceptionnellement en promo pendant quelques jours.

Son prix est divisé par 2 jusqu’à noël.

Voici l’offre :
https://www.gamecodeur.fr/acces-premium/

This entry was posted in News and tagged . Bookmark the permalink.

Comments (2)

kanatos

Un message qui nous va droit au coeur,
merci David pour une formation de qualité, sans cette formation je pense que jamais
je n’aurais pus pensé faire de la programmation. Maintenant je m’amuse comme un petit fou à créer des jeux ^^.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.