Les gamejams sont des concours de création de jeux vidéo dans lesquels les créateurs, seuls ou en équipes, doivent réaliser un jeu sur un thème donné dans un temps imparti. Le thème est généralement donné au moment où la gamejam se lance, et les gamejams peuvent durer 48h, 72h, 1 semaines, 2 semaines, 1 mois, voir plus pour certaines gamejams insolites.

Parmi les plus connus, on retrouve la Ludum Dare et la Global Game Jam qui rameutent plusieurs milliers de créateurs à chaque édition.

Lorsque les gamejams se terminent, les jeux sont testés puis notés, parfois par un jury, parfois par les participants, et parfois par n’importe qui à condition de créer un compte sur la plateforme qui héberge la gamejam. Un score est calculé pour chaque jeu selon les notes qu’il a reçu puis un palmarès est dressé pour présenter les résultats.

Chaque participants peut rejoindre la gamejam pour des raisons différentes :

Obtenir la première place

Gamejam

De tous temps, la compétition a joué un rôle dans l’esprit de l’Homme, cherchant à se prouver à lui-même ses compétences en se mesurant aux autres. Ce faisant, il est impératif de progresser continuellement, de travailler ses faiblesses, d’améliorer ses acquis. Créer un jeu vidéo n’est pas une épreuve sportive : être le meilleur programmeur du monde ne veut pas dire faire le meilleur jeu jamais créé. L’important est que le jeu soit apprécié par les gens qui y jouent, et des jeux simples réalisés par des personnes avec peu d’expérience peuvent être meilleurs que des jeux réalisés par des expérimentés réalisant des choses ultra-techniques. Chercher la première, ou juste une place sur le podium est donc un excellent moyen de progresser.

Apprendre à s’organiser

Gamejam

Que ce soit en 48 heures ou en 2 semaines, réaliser un jeu vidéo est difficile, et selon le temps imparti il est primordial de s’organiser. Les créateurs doivent, aux termes du délai imparti, rendre un jeu jouable. Une bonne manière d’apprendre à s’organiser est justement de le faire dans le feu de l’action. Le créateur doit juger, en fonction du temps qu’il lui reste, de ce qu’il fait dans son jeu. Sans se précipiter, il doit réussir à décider de ce qui doit et ne doit pas être fait au sein de sa création, quitte à ne pas intégrer certaines fonctionnalités. Au fur et à mesure des gamejams, les créateurs peaufineront leur organisation afin de réaliser des jeux de plus en plus étoffés avec le même temps imparti.

Augmenter sa visibilité

Gamejam

De nombreux créateurs participent à des gamejams. La Ludum Dare 50, qui s’est déroulée du 1er au 4 avril, à rassemblé 5967 participants, pour 2848 réalisations rendus. Certains créateurs de contenus comme les Youtubeurs et les Steameurs font des vidéos concernant les grandes Gamejams, jouant à de nombreuses réalisations. Très souvent, les gamejams proposent des hashtag sur les réseaux sociaux pour que les créateurs partagent leurs avancées et réalisations finies comme #Gamejam par exemple. Certains jeux ont parfois tellement de succès lors des gamejams que les créateurs décident d’en faire une version améliorée et commerciale. C’est le cas de Celeste, réalisé en 4 jours sur Pico-8 lors de la Pico-8 Game Jam de 2015 (cliquez ici pour découvrir la version Gamejam de Celeste).

Celeste(Celeste)

Faire grossir son portfolio

Gamejam

Participer à une gamejam, c’est avant tout concevoir un jeu vidéo. Avoir un portfolio bien garni est important si vous souhaitez travailler dans un studio de jeux vidéo. Plus vous participerez à des gamejams, plus votre portfolio se remplira de réalisations, et plus important sera le poids de votre candidature lorsque vous chercherez un studio dans lequel travailler. Vos examinateurs pourront ainsi évaluer l’étendue de vos compétences en jouant directement à vos réalisations.

Accroître sa créativité

Gamejam

Développer un jeu à partir d’un thème imposé est excellent pour sortir des sentiers battus et de la zone de confort des créateurs. Moins le thème parle aux participants, et plus l’exercice est efficace. Certaines gamejams proposent des thèmes techniques, voir le même thème à chaque Gamejam, mais le plus souvent il s’agit de thèmes abstraits libres d’interprétation par les créateurs, par exemple « EarthQuake », « Unstable », « Stuck in a loop » ou encore « Agile and afraid ».

S’amuser

Gamejam

Outre les points précédemment abordés, il est possible de participer uniquement dans le but de s’amuser, prendre plaisir à concevoir un jeu, se satisfaire du résultat obtenu et des retours des joueurs.

De nombreuses gamejams se déroulent tout au long de l’année, une page dédiée sur Itch permet de présenter les différentes jams hébergées par la plateforme.

Gamecodeur organise périodiquement des gamejams d’une durée de 2 semaines, après quoi David de Gamecodeur teste en live les réalisations des élèves. Vous pouvez retrouver les différentes gamejams organisées par Gamecodeur sur le site de la formation.

Les gamejams de Gamecodeur sont réservées aux membres premium de la formation.

Si vous souhaitez apprendre à programmer des jeux vidéo, vous pouvez rejoindre Gamecodeur en cliquant sur ce lien. Les premiers ateliers de la formation sont gratuits, et si vous hésitez à passer Premium, vous pouvez cliquer ici pour consulter les témoignages et avis des autre membres de Gamecodeur.

Cet article a été posté dans la catégorie and tagged . Voici le permalink : .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.