Tous ces débats sur le choix entre langages, frameworks, moteurs, m’amusent.

Je ne l’ai jamais caché, je suis un puriste qui aime travailler la matière : un langage, un framework, et un éditeur de code.

Cela fait-il de moi un programmeur “lent” ou qui réinvente la roue (expression à la mode chez les jeunes programmeurs qui cherchent des prétextes pour programmer le moins possible) ? Non. J’ai pu le vérifier de nombreuses fois dans ma carrière.

Ce que quasiment tous les débutants (en tout cas ceux qui n’ont jamais sorti un jeu) ignorent, c’est que finir un jeu prend du temps…

Beaucoup de temps.

Beaucoup beaucoup de temps !

Ceux qui n’ont jamais “shippé” le moindre jeu n’en on pas idée !

Aujourd’hui les débutants veulent du résultat immédiat. Du coup ils brûlent les étapes et se flattent l’égo en utilisant des moteurs qui leur donne l’illusion de savoir programmer. Ils pensent avoir moins besoin de temps d’apprentissage, ils pensent pouvoir faire “sans” une vraie compétence en programmation. Comme si programmer c’était mal… (À propos si vous n’aimez pas programmer, le fait de programmer “moins” ne changera rien, changez de métier, ne faites pas programmeur)

Au final tout le monde débat sur la base de quelques jours ou quelques semaines de code… “Regarde en [nom d’un moteur] j’ai réussi à faire ça en … minutes. Alors pourquoi tu t’emmerde à réinventer la roue ?”. Beaucoup se rêvent programmeurs de jeux vidéo au bout de quelques semaines, juste parce qu’ils ont effleuré la surface de ce qu’est un projet de jeu vidéo…

On en reparle au bout de 12 mois d’un vrai projet… Vous savez, un vrai projet de jeu complet… Un jeu qui va vraiment sortir…

À la fin la différence va se jouer non pas sur l’outil ou le langage, mais sur :
– la motivation du/des codeurs
– les vraies compétences de programmation
– la capacité à tuner le jeu pour le rendre fun/beau/performant/portable…

C’est pour ça qu’on voit des projets développés avec des technos soi disant lourdes ou trop bas niveau, ou avec des trucs légers genre Lua ou Gamemaker, voir le jour et d’autres ne jamais passer la phase de la pré version alors qu’ils sont développés avec des outils qui font tout à la place du programmeur.

À la fin d’un projet on a complètement oublié les jours gagnés au départ parce qu’on a utilisé un moteur au lieu d’un framework…

Un conseil : apprenez à programmer. Apprenez à être humble. Apprenez à terminer ce que vous commencez. Le reste c’est juste du code.

This entry was posted in News and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire